51Y5RyyUVeL._AA324_PIkin4,BottomRight,-49,22_AA346_SH20_OU08_

de Anne Laure

Première publication: le 12 décembre 2014

Résumé:

En apparence, Abigail est une jeune fille tout à fait normale: bien qu’orpheline, elle a été élevée avec amour par sa grand-mère dans une petite ville que l’on imagine volontiers en Bretagne ou en Normandie. Elle est étudiante et partage son temps entre son meilleur ami Morgan et son amour secret pour un camarade de classe, Timothée.

Tout irait bien pour elle, si elle ne faisait pas ce terrifiant cauchemar toutes les nuits, qui la laisse de plus en plus épuisée jour après jour.

Etant intéressée par les propriétés des plantes et espérant qu’elles pourraient l’aider à résoudre son problème, elle décide de se rendre à l’herboristerie de sa ville. Elle ressent un fort pressentiment et a l’habitude de se fier à son instinct. Abigail y rencontre le propriétaire des lieux, Ler, qui l’invite à un atelier et croise en repartant un mystérieux jeune homme, tout à la fois attirant et inquiétant, neveu du vieil herboriste.

Abigail et Timothée se rapprochent et décident d’aller ensemble à l’atelier sous couvert d’un exposé sur la médecine médiévale. Ils sont conviés tous les deux à la célébration du solstice d’hiver. En repartant, les deux jeunes gens s’avouent leurs sentiments et Timothée présente même la jeune fille à sa famille, rendant leur relation plus sérieuse encore.

Lors de la cérémonie, Abigail s’évanouit. Même si elle semble se remettre assez vite, plus tard dans la nuit, elle se sent très mal. Lorsqu’enfin les douleurs se calment, elle se précipite à l’herboristerie. Là, Ler lui apprend qu’elle est une druidesse et qu’elle vient de s’éveiller à ses pouvoirs.

Elle va devoir suivre un long apprentissage, tout en essayant de mener de front sa vie quotidienne et sa nouvelle condition dans un monde loin d’être sans danger, dont le premier semble être Maelann, le neveu de Ler.

Commentaire:

L’idée de départ est très intéressante: la découverte du monde druidique, parvenu jusqu’à nous en secret, une jeune fille dont les pouvoirs sont liés à la lune, une entité malfaisante, un amour qui risque d’être interdit… Tous ces éléments sont d’excellents ingrédients, alliés à un style agréable, et un bon rythme dans les péripéties…

Et pourtant, l’alchimie ne se fait pas, je n’ai pas accroché à l’histoire.

Tout d’abord la présentation sous forme de journal entraine des longueurs qui auraient pu facilement être évitées, et parfois le récit d’une journée laisse un goût d’inachevé car il n’entre pas dans certains détails qui nous auraient rendu les héros plus proches. Par exemple, lorsqu’Abigail présente Timothée à sa grand-mère lors d’un repas, on ne voit que l’arrivée du jeune homme. Rien ne nous dit si la rencontre a été juste agréable ou plus complice.

On découvre tardivement des éléments qui devraient être importants pour l’héroïne, d’autant plus que le livre est écrit à la première personne: Abigail installe son atelier dans le grenier mais on ne l’apprend que bien après. Or pour une jeune druidesse qui découvre ses pouvoirs, quelle émotion se devrait être d’investir un endroit pour y travailler. Une cérémonie du solstice est décrite mais elle est ouverte à tous, par contre celle de la communauté n’est qu’évoquée, encore une fois on n’a droit qu’au début, à la présentation d’Abigail aux autres druides. Ce qui rend le récit impersonnel: ne pas raconter de tels moments significatifs pour elle donne une  impression de froideur à l’histoire qui empêche de se sentir proche de la jeune fille.

Le « méchant » n’a aucune profondeur, il ressemble plus à un gamin capricieux qu’à un ange déchu tentateur. Abigail ressent une connexion avec lui parce que leurs pouvoirs s’éveillent la même nuit mais on ne sait pas bien pourquoi vu qu’ils ne sont même pas ensemble à ce moment là et qu’ils ne se sont pratiquement jamais parlé. Même l’initiation d’Abigail est survolée, la communauté druidique à peine présentée.

J’ai eu l’impression tout le long du livre que l’auteur était resté à la surface de son histoire, même la romance ne m’a pas faite vibrer car elle m’a semblé privée d’émotions.

Vu la qualité du style de l’auteur, elle est tout à fait capable de faire beaucoup mieux, à suivre dans le deuxième tome…

Pourquoi se laisser tenter?

Pour un premier aperçu du monde druidique, une lecture agréable, un roman d’été…

Pas de grands frissons en perspective mais une histoire rapide à lire, avec un soupçon de magie et de mystère…

Où le savourer?

Pour rester dans l’ambiance du récit: une longue journée de pluie, dans une vieille maison au fin fond de la Bretagne…

C’est pour qui?

A partir de l’adolescence…

Versions existantes:

Broché

Numérique